Le GDPR pour les développeurs

Un lien intéressant qui exprime le GDPR du point de vue des développeurs.
Intéressant aussi en rapport à mon cours de droit et son chapitre sur le GDPR, l’article donne un avis plus technique sur le sujet et donne la possibilité pour un technicien de se rendre compte de cette loi.

https://techblog.bozho.net/gdpr-practical-guide-developers/

Les Monte Carlo Markov Chains

Intéressant, ici les chaînes des Markov sont utilisées comme processus d’entraînement et pour optimiser une fonction particulière et par comme un modèle prédictif en sois.

L’article est bien expliqué et j’aime son application à un cas d’utilisation réel.

towardsdatascience.com/markov-chain-monte-carlo-in-python-44f7e609be98

Pré finale du Cyber Security Challenge.

Cela fait quelques années maintenant que je participe au Cyber Security Challenge avec des équipes de l’UNamur.

Cependant, cette année et pour la toute première fois, me voilà dans le train pour la pré finale à Bruxelles.

C’est une opportunité incroyable et auquel personne dans l’équipe ne s’attendait je pense. Il s’agit de la première fois pour moi que je vais aussi loin dans un concours de sécurité et au fond, je me promets de me battre tout cette journée pour aller encore plus loin et peut être arriver en finale demain.

L’équipe est motivée, compétente et je crois en nous.

Plus de nouvelles ce soir !

La nouvelle façon de debuger en Python 3.7

https://hackernoon.com/python-3-7s-new-builtin-breakpoint-a-quick-tour-4f1aebc444c

Cet article présente la nouvelle façon d’accéder à un debugger en Python 3.7.

Je dois dire que la méthode est plutôt génial. Un seul appel de fonction suffit et il peut en plus être désactivé de façon globale.

Il présente même la façon de debugger des threads distants dans un navigateur ou encore d’avoir une vraie interface de debug dans la ligne de commande !

Mener une interview

Pour plusieurs des projets que je dois mener durant ce quadrimestre, j’ai du mener des interviews de clients.

Bien évidement, faire de bonnes interviews, mes cours m’y prépare. J’ai eu plusieurs heures théoriques sur le sujet et ce dans plusieurs types de cours (Requirements Engineering, IHM, …).

Un point qui revient souvent quand on parle d’interview, c’est que faire une bonne interview demande de l’expérience.

En effet, on doit :

  • Interroger l’interviewé
  • Le mettre à l’aise (on ne veut pas qu’il se sente interviewé)
  • Ne pas biaisé l’interview en donnant notre propre avis ou en faisant se rendre compte à l’interviewé de notre but précis
  • Extraire la connaissance de l’interviewé et le faire parler
  • Le mettre en position de force
  • Préparer l’interview
  • Ne pas donné un aspect trop rigide et préparé

Bref, c’est une tâche compliquée pour laquelle il est bien plus simple de dire ce qu’il ne faut pas faire que ce qui devrait vraiment être fait. Quand on veut comprendre et apprendre, ce fait est assez frustrant.

Puis, j’ai trouvé L’image parfaite pour représenter le processus d’interview.

La voici :

interview

Ce que cette image explique, c’est la démarche à suivre, quelles questions poser et quand.

On commencera donc ainsi par discuter du problème (la première colonne). On ouvre le problème en demandant à l’interviewé de nos raconter le problème. Ensuite, notre but est de la quantifier, combien ? À quelle fréquence ? Où ? Finalement, pour terminer l’éllicitation, on paraphrase ce que l’interviewé a dit pour vérifier ses dires. Une bonne idée dans ce cadre est de se tromper volontairement quand on répète les dire de la personne. Cela permet de voir si elle relève l’erreur et la corrige ce qui donne un niveau de confiance dans la réponse et la décision.

Viens ensuite la visualisation de l’impact du problème. En quoi impacte t’il l’interviewé ?
Comme dans le cas précédent, on commence par ouvrir le sujet avec des questions larges. Le but est que la personne se remémore tout ce en quoi le problème que l’on considère l’impacte. Une fois ceci fait, on repasse à la quantification de l’impact avant de rephraser les informations obtenues dans cette partie.

Une fois ceux deux phases passées, l’interviewé et l’équipe ont bien en tête le problème et son impact et le moment est parfait pour imaginer un futur idéal. Une fois de plus, le même scénario sera suivi. On commence par poser des questions larges pour que les idées soient lancées. De la plus folle à la plus simple, toute remarque et toute suggestion est bonne à prendre. Les informations sont ensuite bien évidement quantifiées (comment imagineriez vous telle utilisation ?) avant d’être répétées pour être fixées.

Pour avoir mené maintenant 4 interviews, je peux dire que cette méthode est pour moi celle qui fonctionne le mieux. Elle a de plus l’avantage de dire ce qui doit être fait et pas ce qui devrait être évité. Une bonne chose quand on veut comprendre.

J’espère que ce partage pourra vous être utile autant qu’il l’a été pour moi et si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaire, je serais heureux d’y répondre !